Odoo : une levée de fond qui annonce une énorme croissance.

Un progiciel en pleine croissance

Comme déjà indiqué dans l’article Odoo et le marché français des ERP, Odoo est un progiciel de gestion d’entreprise, en mode Open-source comprenant de très nombreux modules permettant de répondre à des nombreux besoins de gestion des entreprises (ERP), ou de gestion de la relation client (CRM). C’est le système ERP de référence concernant l’Open Source. Ce sont pas moins de 4 000 000 d’utilisateurs et 1250 partenaires qui ont recours à la solution.

On peut décrire la croissance de l’entreprise comme étant exceptionnelle, l’équipe Odoo compte aujourd’hui 850 employés, avec des bureaux aux quatre coins du monde, entre autre en Belgique, à San Francisco, au Luxembourg, en Inde, à Hong Kong et à Dubaï, et devrait voir ses nouveaux locaux ouvrir leurs portes au Mexique et en Allemagne.


Quoi et pourquoi ?

C’est une opération considérée comme hors norme d’après certain média. 82 millions d’euros (90 millions de dollars américains) viennent d’être injectés dans le spécialiste du logiciel d’entreprise qu’est Odoo. 50 millions de la part de Summit Partners, le fond d’investissement SRIW qui détenait déjà 6 % du capital et qui remet sur la table 10 millions, le reste venant de Noshaq comme nouveau entrant à une hauteur de 10 millions d’euros pour 2,4% des parts, et le tour de table se termine avec le management qui allonge son investissement avec une douzaine de millions d’euros.

L'objectif de cette levée de fonds, qui ne se traduit pas par une augmentation de capital: soutenir Odoo dans le développement et l'expansion globale, lit-on dans un communiqué de Summit Partners.

Fabien Pinkaers, le fondateur d’Odoo, insiste sur ce fait : « Il ne s’agit pas d’une augmentation de capital mais d’une opération secondaire ! Même si Summit Partners était demandeur pour une part plus importante dans le cadre d’un élargissement de notre tour de table, nous n’avons pas besoin d’argent frais. Les ventes de nos produits libèrent une marge brut de 83 % qui nous permet d’assurer notre développement en interne. Nos besoins proviennent essentiellement du recrutement de talents, essentiellement des développeurs. Notre seul challenge est de gérer notre croissance interne. Nous ne voulons pas de croissance externe. On tient trop à notre culture d’entreprise. » De quoi prédire de beaux jours pour cette jeune société.

Écrit par
Publié dans Blog Posts